Entre traditions et modernité

Écrit par Djibo


Me by Mariette Kouamé.

Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien.

Reconnaissez-vous cette plume… j’espère bien ! Votre chère Dawestkey est de retour à l’encre et ça fait du bien. Une nouvelle aventure, de nouveaux objectifs, et toujours les mêmes combats. Bref je suis contente de vous retrouver enfin ! Certains d’entre vous m’ont demandé si je n’écrirai plus, mais ne vous inquiétez pas , je suis bel et bien là pour vous apprendre davantage.

Sur ce, nous pouvons commencer !

Oh mais attendez… ceux qui me découvrent c’est très important de savoir que j’aime bien mettre des précisions ( entre parenthèses) qui me viennent en tête au moment même où j’écris… ( ne vous inquiétez pas vous vous y habituées!)

Aujourd’hui, je vous parle de Reines, oh oui avec un grand « R », qu’elles soient nos mères, nos sœurs ou autre, elles ont su relever la mode, elles savent s’imposer avec leur touche « d’africaineté ». Vous l’avez sans doute deviné, je parle aujourd’hui de : LA FEMME AFRICAINE !

Lorsque je dis traditions, je fais référence au retour des tresses peulhes, des coris dans les cheveux, des bijoux artisanaux. Que vient faire la modernité dans tout ça? Les vêtements en pagne, des modèles s’inspirant de notre histoire.. (Dites-moi… pensez-vous que ce n’est qu’un effet de mode ou.. nous en reparlerons !)

J’aimerai quand même éclaircir un point. C’est vrai que notre culture, et c’est indéniable, influence beaucoup les tendances actuelles. Cependant, j’ai remarqué que de nos jours, plusieurs standards de beauté sont élus, à partir de quoi? Je ne sais pas. La couleur de peau en fait partie. La femme noire sera toujours sujet à des comparaisons mysogines. (Nous n’avons pas fini de lutter avec le racisme que la mysoginoire s’ajoute mais, est-ce qu’on va s’en sortir ?)

Êtes-vous de ceux qui pensent que les différentes appellations pour nos carnations de peau sont à l’origine de ces discriminations que nous subissons?
Soyons honnêtes et francs, au sein même de notre communauté nous n’arrivons pas à faire taire les stéréotypes, à délier les langues sur certains tabous. (Allons-y doucement..ce n’est qu’une entrée en matière pour moi, nous aurons le temps d’approfondir haha)

La femme africaine sera toujours suivie de cette culture africaine pleine de tabous. Aujourd’hui, avec l’évolution de la société, avec la mondialisation, l’Afrique évolue, mais les mentalités évoluent-elles pour autant? J’avoue que j’en doute fort…
La femme africaine est ainsi tiraillée entre traditions et modernité, entre s’assumer mais se faire petite pour pas paraître arrogante, entre crier sur tous les toits lorsqu’elle subit une discrimination, mais se taire pour ne pas rentrer dans le stéréotype de la « angry black women », la liste est longue !

C’était une petite entrée en matière pour marquer mon retour, mais aussi pour vous donner matière à réfléchir, pour que vous soyez bien préparés pour notre prochaine rencontre parce que je vous ai aujourd’hui pris au dépourvu n’est-ce pas?
On se dit à bientôt et n’oubliez pas : (je ne sais pas qu’elle phrase de fin mettre, ce sera pour une autre fois haha)

Sayaspora
Writer - Sayaspora

Leave a comment