MENU

what’s new

SHE | UNE PLÉNITUDE QUI TIRE SA SOURCE D’AFRIQUE

SHE | UNE PLÉNITUDE QUI TIRE SA SOURCE D’AFRIQUE

Cote d’Ivoire, Abidjan, Décembre 2016. Djamilla Toure.

 

 

Le sentiment de n’appartenir à rien, à nulle part. Naître quelqu’un, mais n’être personne chez toi et là-bas.  Chez l’autre tu es autre  et chez toi tu n’es pas à ta place, tu n’es pas complète.

Les réalités sont différentes. Tu observes ces femmes d’Afrique de ton prisme diasporien en les admirant ; ces femmes complètes qui appartiennent au continent.

Tu pensais te complaire dans cette complexité du « nulle part chez toi et partout à toi », mais quand tu les as vues tu les as enviées. Celles qui savent, celles qui sont et celles qui ont.

Ce n’est qu’au moment où ton corps a pris le dessus sur ton esprit que tu as su. C’est au moment où tes cheveux ont cessés de se dresser contre toi et ont commencer à accepter toutes tes directives que tu as compris; c’est au moment où ta peau a cessée de s’écailler et qu’elle est devenue plus douce au passage du beurre de karité que tu as admis ; c’est au moment où tes ongles n’ont plus eu besoin de vernis pour être jolis que tu as su. C’est à ces moments-là, ces moments où ton corps et ton esprit se sont retrouvés en harmonie que tu as compris, tu l’as ressenti… toi aussi, tu étais chez toi.

À trop vouloir se trouver, on se perd. Il y a certaines choses qui vont de soi, des choses naturelles qui ne relèvent pas du hasard. Ces choses simples qui nous définissent et qui nous rappellent qui nous sommes. Long story short, I was lost. Pardonnez mon anglicisme c’est juste plus facile de l’admettre dans la langue de l’autre, d’admettre mes maux sous d’autres formes de mots.

Mon corps m’a fait comprendre que mon esprit n’était en paix que chez moi, que là-bas. Mon corps m’a fait admettre ma plénitude et m’a fait comprendre que malgré tous mes voyages, toutes mes histoires, malgré mon accent et mes manières… je suis une enfant de là-bas. Moi aussi comme elles, j’appartiens au continent. Ma plénitude est particulière, mais tire sa source d’Afrique.

 

Cote d’Ivoire, Abidjan, Décembre 2016. Djamilla Toure.

 

 

ABOUT THE AUTHOR

A student in International Law and International Relations at UQAM, Djamilla was born in Ivory Coast and lived 10 years in Morocco. For her, SAYASPORA is a project that stems from a void : the lack of representation of inspiring women with whom she could identify to. From that void, SAYASPORA was founded.

No Comments

Post a Comment

Close