SHE | UN FRUIT ISSU DE LA DIASPORA

 
« Being a Third Culture Kid, means recognising there’s a space that exists between the culture we’re from and the culture we’re living in. »
Je ne suis pas Marocaine, je ne suis pas Ivoirienne, je ne suis pas FrançaiseJe suis coincée entre trois identités, entre trois moralités, entre trois vies.
Alors comment c’est en Afrique ?, Hé la Marocaine on dit quoi .Tu m’as oublié?

Non.
NON, je ne te dirais pas comment va l’Afrique, tu y vis, le Maroc est en Afrique.
NON, je ne t’ai pas oublié, la Côte d’Ivoire n’est pas un simple pays de vacances, c’est ma maison, mon foyer, là où tout à commencer. Comment oublier la maison ?

 
J’en ai assez de faire de ma vie une succession de négation.
Lorsque l’on me demande d’où je viens, je ne peux répondre simplement. 
J’aime mieux dire que je suis un enfant du monde, j’aime mieux savoir d’où je viens, j’aime mieux ne pas savoir où je serais demain.

Ce qui est bien dans le cas des « enfants de la diaspora » c’est qu’on a le choix. Le choix d’être qui l’on veux au moment  on le veux. Le choix de pouvoir sélectionner seulement les bons côté de toutes nos identités, toutes nos nationalités et en faire un tout, un tout positif.


Je n’appartiens pas à une seule culture, je n’appartiens pas à un seul pays. 
J’appartiens au monde, j’appartiens à trois cultures différentes, je suis un caméléon, je suis un fruit issu de la diaspora.

____________ 

Atong Atem, étudiant en art Sud-soudanais vivant en Australie, présente dans son projet les « Thirds Culture Kids » ; Ceux qui se définissent par l’espace existant entre les différentes cultures dans lesquelles ils vivent. 

 

Third Culture Kids” | Photography by Atong Atem.

 

Your series is about Third Culture Kids. What does that mean to you?
There are days where I feel I know my identity and I’m really strong in it, and then there are days where I’m like, who am I in this world? I think it’s cool to recognise that a lot of people have those experiences-not just in relation to cultural identity, but gender and sexuality and what they want to do in life. Being a Third Culture Kid, means recognising there’s a space that exists between the culture we’re from and the culture we’re living in. I feel not South Sudanese enough, or not Australian enough. I have to accept that I’ll never be both: those ideas are completely fabricated from outside of myself. For a lot of people who realise they exist in that in-between space, it’s kind of upsetting because you’re neither this nor that. But being a third culture kid can be whatever you want.

 

Language:

More Stories
SHE|FOCUS SUR : SEYDOU KEITA
Close