NICOLE AMARTEIFIO | AN AFRICAN CITY

Nicole Amarteifo est la créatrice de la web-série : An african city.Née à Accra au Ghana, cette jeune entrepreneure a été classée parmi le « Top 25 Africans to Watch » de 2015 du Financial Times.
An african citys’est rapidement imposé sur la platforme média Youtube, avec plus d’un million de vues au compteur, la chaîne Youtube de la web série est l’une des plus consultées par les internautes au Ghana. À travers cette série, Nicole Amarteifio désire accroître la représentation des femmes africaines dans les médias. Son but est de faire découvrir une Afrique émergente, glamour et intelligente, bien éloignée des images auxquelles nous sommes accoutumés.
An african cityest une comédie romantique pimentée de scènes satiriques. 5 femmes africaines y sont à l’honneur, héroïnes de leur propre histoire et leaders de leurs destins. Elles sont toutes retournées habiter à Accra après avoir vécu et grandi à l’étranger, elles sont belles et diplômées mais surtout décomplexées.
Originaires du Kenya, du Nigéria et du Ghana, elles se nomment :
 
Nana Yaa, Ghanéene d’origine elle grandit à New York, et retourne au Ghana après avoir acquis son diplôme de journalisme a l’Université Columbia.
Sadeélevée au Texas, elle est directrice marketing d’une banque nigériane basée à Accra. Diplômée d’une école de commerce de Harvard elle a débuté sa carrière entre New York et Boston.
Ngozid’origine nigériane elle est la plus jeune des cinq personnages. Elle a été élevé dans le Maryland, après avoir obtenu son diplôme en affaires internationales, on lui a offert un travail dans une agence de développement à Accra. Ngozi est la plus religieuse de toutes.
Zainab, Ghanéenne née en Sierra Leone et qui a grandi à Atlanta. Zainab a un esprit d’entrepreneuriat indéniable, c’est ce qui l’a poussé à retourner au Ghana pour travailler dans le secteur du beurre de Karité. 
Makeenanée au Kenya a passé la majeure partie de sa vie à Londres. En Angleterre, elle a terminé ses études de droit à l’Université d’Oxford et a eu une carrière fructueuse. Cependant, après son divorce, elle a décidé de changer d’environnement en retournant en Afrique, au chômage.
bgcast
_mgl1713_brick-5fabaa59e69e1e61acde5051ed0498b27d6dbaab-s40-c85
« On voulait montrer autre chose que l’Afrique des pauvres. On voulait montrer l’Afrique vivante, dynamique, celle des portables et du Wifi », explique MaameYaa Boafo(Nana Yaa), interview, Le Monde.

 Ces jeunes femmes, se retrouvent confrontées à un pays en développement avec des mentalités et des habitudes éloignées de celles qu’elles fréquentaient. Loin des Starbucks, elles devront s’adapter à une société ghanéenne tiraillée entre traditions et modernité.
 
En plus de leurs intelligences, Nicole Amarteifo a choisi d’habiller ses actrices uniquement avec des tenues de designer Ghanéens. Résultat : des tenues colorées, parfaitement coupées mais aussi révélatrices du rang sociale des personnages. Ces designers sont mis de l’avant dans une série de vidéos présentes sur la page Youtube de la web-série : « The fashion behind » on y retrouve Titi Ademola créatrice de kikiClothing mais aussi Christie Brown ! 
 
«I wanted a TV show about modern, beautiful, educated African women — sometimes doing unintelligent things or going through absurd situations — but for comedic purposes. When it comes to the African woman, there is room for many stories. Stories that we –as Africans — can take control of and share with the world. » Nicole Amarteifo, interview, CNN.

Durant la première saison les 5 jeunes femmes ont allié humour et sincérité, c’est ce duo gagnant qui a séduit le public et qui a poussé Nicole Amarteifo à poursuivre avec une deuxième saison :An african city sera de retour ce 24 Janvier 2016.  En attendant, nous vous laissons avec l’un de nos épisodes préférés de la saison 1 : HE FACEBOOKED ME ! 

 
 



 

Avatar
Writer - sayasporateam

Leave a comment